Pas de description des applications en français

22 réponses [Dernière contribution]
Avron
Hors ligne
A rejoint: 08/18/2020

Bonjour,

En sélectionnant le menu "Ajouter/Supprimer des applications" s'ouvre une fenêtre dont le titre est "Add/Remove Applications" dans laquelle les catégories à gauche sont en anglais, à côté il y a "Afficher" avec une liste d'options en français, et un champs de texte avec "Search".

Dans la liste des applications, en-dessous de chaque application, il y a une brève description en français la plupart du temps mais la description en dessous est uniquement en anglais.

Y a-t-il moyen d'avoir des descriptions des applications en français?

Pour moi, l'anglais n'est pas un problème (quoique, je suis fréquemment obligé de rechercher des traductions, ce qui rend la recherche d'applications un peu plus fastidieuse) mais pour ma tante à qui j'aimerais bien proposer d'utiliser Trisquel, ça serait rédhibitoire.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Chaque programmes s'occupe de sa propre traduction, donc, le mieux, c'est d'en parler au développeurs de ce programme pour voir ce qu'il en est (et si on a le temps, faire la traduction soi-même, je pense d'ailleurs que, globalement, je devrais mettre la main à la patte, plutôt pour le wallon d'ailleurs, mais le fait que le milieux du libre soit dominé par les tenants du rifondou walon* me décourage).
En général, on utilise GNU gettext (les fichier en .po) pour les traductions.
*: il y a différentes orthographes du wallon qui se concurrencent et celle-là peut marcher pour le wallon des alentours de Namur (si je me souviens bien), mais pour le wallon Liégeois, c'est impossible d'utiliser cette orthographe (en gros, les différences entre le wallon de Liège et celui de Verviers n'ont jamais été prise en compte et il faudrait faire quelque chose d'encore plus compliqué pour les prendre en compte alors que cette orthographe est déjà trop compliquée), l'orthographe Feller, qui est celle qui est officieusement encouragée par les instances officielles de la communauté française (sic) convient bien mieux pour le Wallon liégeois et je vois mal comment cette orthographe peut poser problème à quelque wallon que ce soi (certes, la motivation du rifondou walon était d'optimiser le wallon de l'orthographe Feller, mais dans une vue linguistiquement tellement peu large que ça pose problème). En plus de ça, expliquer aux développeurs de logiciels qu'il y a plusieurs orthographe du wallon… ça fait un problème en plus.

Avron
Hors ligne
A rejoint: 08/18/2020

> Chaque programmes s'occupe de sa propre traduction

Je ne pense pas pas que ce soit le problème ici: tous les programmes ont un sous-titre en français (à de rares exceptions près) et tous les programmes ont une description en anglais, sans aucune exception, en particulier même des programmes parfaitement traduits en français, voire des programmes écrits d'origine en français.

Je mets une capture d'écran pour montrer ce dont je parle.

Je ne sais pas quelle est l'application "Ajouter/supprimer des applications". En faisant "ps -ef", je vois un processus "/usr/bin/python3 /usr/bin/trisquel-app-install", donc ça ressemble à une application spécifique à Trisquel. Peut-être devrais-je poser la question sur le forum en anglais. Je veux bien participer aux traductions mais j'espère que la liste des traductions des descriptions existe déjà (comme pour les sous-titres) et que c'est juste un problème de choix de la langue sinon c'est un travail considérable.

> je devrais mettre la main à la patte, plutôt pour le wallon d'ailleurs, mais le fait que le milieux du libre soit dominé par les tenants du rifondou walon* me décourage

Je ne connaissais rien au wallon, ton message m'a fait lire wikipedia. D'une façon générale, la diversité des langues, c'est à la fois intéressant et une difficulté majeure. Si tout le monde pouvait facilement comprendre et s'exprimer dans une langue commune, sans abandonner d'autres langues, ça aiderait beaucoup. Je trouve l'idée de l'esperanto intéressante (apprentissage facile, prononciation transparente, langue neutre car d'aucun pays) mais le succès n'est pas là.

Ajout-de-programme.png
Rubujeto
Hors ligne
A rejoint: 04/18/2022

> Je ne sais pas quelle est l'application "Ajouter/supprimer des applications" […] ça ressemble à une application spécifique à Trisquel.

Il semblerait que tu aies raison (voir capture écran). J’en arrive à la même conclusion que toi quand je clique sur le bouton « Aide ».

> Je trouve l'idée de l'Esperanto intéressante (apprentissage facile, prononciation transparente, langue neutre car d'aucun pays) mais le succès n'est pas là.

C’est vrai que le nombre de locuteurs en Esperanto n’est pas aussi nombreux que ceux qui parlent anglais. Il n’empêche que, depuis que j’ai découvert cette langue il y a 4 ans, je parle davantage dans cette dernière qu’en anglais avec mes ami(e)s non-francophones.

about_install_and_remove_applications.png
nmrk.n
Hors ligne
A rejoint: 11/01/2013

Le 01/05/2022 à 15:02, name at domain
a écrit :

name at domain">>
Je ne sais pas quelle est l'application "Ajouter/supprimer des
applications" […] ça ressemble à une application spécifique à
Trisquel.

Il semblerait que tu aies raison (voir capture écran). J’en arrive
à la même conclusion que toi quand je clique sur le bouton
« Aide ».

> Je trouve l'idée de l'Esperanto intéressante (apprentissage
facile, prononciation transparente, langue neutre car d'aucun
pays) mais le succès n'est pas là.

C’est vrai que le nombre de locuteurs en Esperanto n’est pas aussi
nombreux que ceux qui parlent anglais. Il n’empêche que, depuis
que j’ai découvert cette langue il y a 4 ans, je parle davantage
dans cette dernière qu’en anglais avec mes ami(e)s
non-francophones.

". . . depuis que j’ai découvert cette langue il y a 4 ans . . ."
comment et comment l'as-tu apprise ?

--
/ [FSF Associate Member]
/ nmrk.n / Trisquel GNU/Linux
/ TDE Trinity Desktop
Environment

/ name at domain">
Upcycle Windows 7 petition image

Rubujeto
Hors ligne
A rejoint: 04/18/2022

Comment ais-je appris l’Espéranto ?
1) d’abord sur le site « Lernu » (https://lernu.net)
2) puis en rencontrant des espérantophones à Toulouse (https://toulouse.occeo.net)
3) en écoutant de la musique (https://www.vinilkosmo-mp3.com/fr/blog.html)
4) en lisant des articles faciles (https://uea.facila.org)
5) en allant dormir chez des espérantophones (https://www.pasportaservo.org)
6) après 3 années, je me suis mis à écrire des articles sur Wikipedia (https://eo.wikipedia.org/wiki/Andrej_Sa%C4%A5arov)

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

En Belgique en tout cas, dans certaines grandes villes, il y a des cours du soir d'Esperanto.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Je crois que c'est une application d'Ubuntu modifiée par Trisquel, mais sans certitude, le mieux est de voir ce que l'on répondra au sujet en anglais.
Le mythe d'une langue commune ne se réalisera jamais car c'est de l'idéologie qui va à l'encontre de la réalité humaine. Quand à l’espéranto, au mieux, ce serait une langue véhiculaire là où des langues d'origine européenne sont utilisées, mais son inspiration est trop européano-centrée que pour être utilisé ailleurs.

Rubujeto
Hors ligne
A rejoint: 04/18/2022

Vous avez raison… Que suis-je bête… Je n’avais pas compris que l’Espéranto était une idéologie qui va à l’encontre de la réalité humaine. Merci.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Des réalités anthropologiques, plus précisément de la manière dont fonctionne socialement les êtres humains qui entraîne des réalités linguistiques. Combien y a-t-il de langues venues du latin? Sans tendance naturel à la création de sociolectes, du latin ne serait sorti que le latin, d'ailleurs, il n'y aurait même jamais eu de latin sans cette tendance naturelle.
Quand à l'espéranto, c'est le fruit d'une idéologie utopique. Libre à chacun de croire à ce qu'il veut, mais aucun projet de ce type ne marchera jamais.
Si vous voulez en comprendre plus sur le sujet, intéressez vous à la linguistique, je suis incapable de vulgariser (d'où le fait que je ne fasse que des affirmations qui ont l'air d'être sans fondement et qui pourtant sont loin d'en être dénué).
Et arrêtez avec vos sarcasmes, je suis loin de vous prendre pour quelqu'un de bête.

nmrk.n
Hors ligne
A rejoint: 11/01/2013

Le 03/05/2022 à 19:49,
name at domain a écrit :

name at domain">Je
crois que c'est une application d'Ubuntu modifiée par Trisquel,
mais sans certitude, le mieux est de voir ce que l'on répondra au
sujet en anglais.

Le mythe d'une langue commune ne se réalisera jamais car c'est de
l'idéologie qui va à l'encontre de la réalité humaine. Quand à
l’espéranto, au mieux, ce serait une langue véhiculaire là où des
langues d'origine européenne sont utilisées, mais son inspiration
est trop européano-centrée que pour être utilisé ailleurs.

C'est vrai que l'anglais est une idéologie qui va à l'encontre de
la réalité humaine.
Il y a donc urgence à en interdire l'usage à "Bruxelles".

D'ailleurs les anglais n'en font plus partie, alors on ne voit
pas pourquoi "Bruxelles" devrait se coltiner leur idéologie.

--
/ [FSF Associate Member]
/ nmrk.n / Trisquel GNU/Linux
/ TDE Trinity Desktop
Environment

/ name at domain">
Upcycle Windows 7 petition image

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Bien sûr que l'anglais n'a rien d'idéologique en soi, c'est une langue qui s'est crée naturellement, par contre, le fait d'imposer autant que possible l'anglais comme langue véhiculaire est idéologique, c'est une volonté d'hégémonie anglo-américaine.
Quand à l'Union Européenne, je n'en ai rien à faire de comment il fonctionne, ce qui est sûr, c'est que choisir une langue véhiculaire, ça se fait depuis l'antiquité (avec l'araméen, le latin, le grec et cætera), il y a bien sûr eu d'autres langues qui ont été véhiculaire par la suite (le slavon dans le monde orthodox ce qui est toujours une réalité, au même titre que le latin pour les catholiques, voire même plus encore; le français qui a précédé l'anglais comme “langue internationale” et cætera).

Avron
Hors ligne
A rejoint: 08/18/2020

J'ai aussi l'impression que c'est une application d'Ubuntu modifiée par Trisquel mais je ne sais pas si Ubuntu a des traductions.

Concernant la langue commune, une langue véhiculaire c'est bien ce dont il s'agit mais si cette langue est suffisamment facile à apprendre, je ne vois pas pourquoi elle ne serait pas apprise, comprise et parlée ailleurs qu'en Europe, peu importe que l'inspiration d'origine soit en Europe.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

C'est votre point de vue européen (en l’occurrence francophone) qui vous fait croire que c'est une langue facile à apprendre, tout comme les francophones croient que l'anglais est une langue facile comparée à d'autres langues comme l'allemand alors qu'en fait, ce sont les savoir pré-existant qui donne à cette langue un air plus facile qu'une autre. Apprendre une langue qui n'a rien à voir avec sa propre langue est toujours difficile.

Raistlin
Hors ligne
A rejoint: 04/06/2020

Je ne suis pas sûr d'avoir compris tout le second degré de tous les commentaires. Idéologie je ne sais pas mais je ne connais pas un prof d'anglais qui ne désespère pas en voyant ce que devient le "globish".

Rubujeto
Hors ligne
A rejoint: 04/18/2022

Pardon, je vais reprendre un peu mon sérieux et répondre sans « second degré ».

@Lèyon : Oui je suis d'accord avec toi qu'une langue unique sur Terre n'a pas beaucoup de sens. En Afrique de l'est, par exemple, le swahili est parlé dans de nombreux pays (Tanzanie, Rwanda, Burundi…). On peut dire qu'elle est une langue véhiculaire et qui sait… L'Espéranto le sera peut-être un jour en Europe. Un autre exemple me vient en tête : une personne sourde et muette aura tendance à apprendre une langue des signes, plutôt qu'une langue orale. Je suis donc d'accord avec toi sur « l'idéologie de la langue commune » dont tu fais allusion, mais je t'avoue que je me suis senti un peu offensé quand j'ai lu ton commentaire ;). L'espéranto, comme le logiciel libre, possèdent chacun un idéal et c'est ce qui font leur force : des valeurs universelles qui favorisent la solidarité, plutôt que l'exclusion.

@nmrk.n : En regardant l'histoire, on peut penser par exemple que le gouvernement américain , ayant comme langue maternelle l'anglais, a une forte tendance à l'idéologie de la domination (ex: invasion en Irak). Cependant, je note que beaucoup d'américains, à l'instar de Richard Stallman, ont compris que cette culture de la domination n'est pas le chemin à emprunter. Doit-on interdire l'usage de l'anglais dans les institutions européennes, après que le Royaume-Uni l'ait quitté ? Ça serait un signal fort, mais est-ce souhaitable ? Pourquoi ne pas maintenir l'anglais pour le moment, mais favoriser l'instruction de l'Espéranto dans les établissements scolaires ? Comme le rappelle le mathématicien Reinhard SELTEN, dans son livre « Por Dulingveco en Eŭropo » en 2005, une expérience montre que l'Espéranto permet d'apprendre plus rapidement des langues. Pour moi, il n'est donc pas question de choisir seulement une langue plus qu'une autre, qui serait soit l'anglais ou soit l'Espéranto, mais l'apprentissage de la diversité : diversité de vivre, diversité de parler, diversiter d'écrire… En bref, une richesse de pensées.

nmrk.n
Hors ligne
A rejoint: 11/01/2013

Le 04/05/2022 à 18:30, name at domain
a écrit :

name at domain">Pardon,
je vais reprendre un peu mon sérieux et répondre sans « second
degré ».

@Lèyon : Oui je suis d'accord avec toi qu'une langue unique sur
Terre n'a pas beaucoup de sens. En Afrique de l'est, par exemple,
le swahili est parlé dans de nombreux pays (Tanzanie, Rwanda,
Burundi…). On peut dire qu'elle est une langue véhiculaire comme
l'Espéranto le sera peut-être un jour en Europe : je l'espère. Et
puis, une personne sourde et muette aura tendance à apprendre une
langue des signes, plutôt qu'une langue orale. Je suis donc
d'accord avec toi sur « l'idéologie », mais je t'avoue que je me
suis senti un peu offensé quand j'ai lu ton commentaire ;).
L'espéranto, comme le logiciel libre, possèdent chacun un idéal et
c'est ce qui font à mes yeux leur force : des valeurs universelles
qui favorisent la solidarité, plutôt que l'exclusion.

@nmrk.n : En regardant l'histoire, on peut pensé que le
gouvernement américain par exemple, ayant pour langue maternelle
l'anglais, a une forte tendance à l'idéologie de domination (ex:
invasion en Irak). Cependant, je note que beaucoup des américains,
à l'instar de Richard Stallman, ont compris que cette culture de
la domination n'est pas le chemin à emprunter. Doit-on interdire
l'usage de l'anglais dans les institutions européennes, après que
le Royaume-Uni l'ait quitté ? Ça serait un signal fort, mais
est-ce souhaitable ? Pourquoi ne pas maintenir l'anglais pour le
moment, mais favoriser l'instruction de l'Espéranto dans les
établissements scolaires ? Comme le rappelle le mathématicien
Reinhard SELTEN, dans son livre « Por Dulingveco en Eŭropo » en
2005, une expérience montre que l'Espéranto permet d'apprendre
plus rapidement des langues. Pour moi, il n'est donc pas question
de choisir seulement une langue plus qu'une autre, qui serait soit
l'anglais ou soit l'Espéranto, mais l'apprentissage de la
diversité : diversité de vivre, diversité de parler, diversiter
d'écrire… de penser tout simplement.

Pour moi la question est réglée car je suis incapable d'apprendre
quelque langue que ce soit (autre que ma langue maternelle).
Jeune, j'ai échoué pour le latin, pour l'allemand et pour le
russe; il n'y a aucun espoir, surtout à mon âge.
Et de toute façon il est inutile de se faire du souci car
l'intelligence artificielle aura bientôt réglé la question, il
suffira de penser une chose pour que le nano-ordinateur que l'on
aura sous la peau le dise dans la bonne langue avec le bon accent
et la bonne intonation . . .

--
/ [FSF Associate Member]
/ nmrk.n / Trisquel GNU/Linux
/ TDE Trinity Desktop
Environment

/ name at domain">
Upcycle Windows 7 petition image

Avron
Hors ligne
A rejoint: 08/18/2020

> Pour moi la question est réglée car je suis incapable d'apprendre quelque langue que ce soit (autre que ma langue maternelle). Jeune, j'ai échoué pour le latin, pour l'allemand et pour le russe; il n'y a aucun espoir, surtout à mon âge.

Un des objectifs de l'esperanto est d'être facile à apprendre, sans doute bien plus que le latin, l'allemand ou le russe. Après, même si une langue est censée être facile à apprendre, il faut du temps, une certaine régularité, y trouver du plaisir et être sollicité par des gens qu'on apprécie pour continuer, sans quoi ça ne marche pas.

J'apprends actuellement le chinois, c'est-à-dire la langue véhiculaire appelée "langue commune" en Chine, et comme j'ai un peu moins de 50 ans j'espère avoir le temps d'en profiter un peu. J'aimerais bien apprendre l'esperanto mais pour cela il faudrait que je trouve des gens avec qui j'aime apprendre et qui me sollicitent même les jours où je ne me sens pas très motivé.

> Et de toute façon il est inutile de se faire du souci car l'intelligence artificielle aura bientôt réglé la question, il suffira de penser une chose pour que le nano-ordinateur que l'on aura sous la peau le dise dans la bonne langue avec le bon accent et la bonne intonation . . .

Je n'en suis pas si sûr. Des informaticiens ont prétendu pendant plusieurs dizaines d'années que "ça sera réglé dans 10 ans". Quant à "l'intelligence artificielle", j'ai l'impression que, en dehors d'un effet de mode, ces mots sont surtout utilisés pour parler d'algorithmes dont on constate qu'ils donnent des résultats intéressants mais sans savoir ni dire pourquoi ni évaluer leurs limites.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

La complexité du latin arrangeait bien les élites, ça permettait le fait que ce soit une langue véhiculaire seulement connue des élites qui avait les moyens de prendre le temps de l'apprendre. D'ailleurs, toutes les langues qui viennent du latin sont plus simple, bon, le français à une orthographe très compliquée par conservatisme (entre autre pour se targuer d'avoir des subsistance du latin, dont certaines ont été ajoutée par l’académie française de façon tout à fait arbitraire, comme le “g” de “doigt” pour rappeler “digitus”), mais grammaticalement, c'est plus simple, si je ne me trompe, il n'y a que le roumain qui a encore des déclinaisons et c'est comparable à ce qu'il en est de l'allemand pour peu que j'en sais.
Le russe est grammaticalement plus complexe que l'allemand qui est lui-même réputé difficile aussi, mais c'est un tropisme francophone, la seule chose plus difficile que le néerlandais, c'est la grammaire, donc, au début, c'est difficile, mais une fois qu'on a des bases, c'est assez simple. L'opposé (pour les francophone), c'est l'anglais, grammaticalement, c'est assez proche du français (à part principalement l'ordre des mots), donc, c'est assez simple au début, puis quand on entre dans la complexité réel de la langue, ça devient dure (d'ailleurs, c'est juste avant ce stade que s'arrête l'apprentissage de l'anglais dans les écoles secondaires, probablement d'où le globish, en tout cas en Europe avec le système normalisé d'Unités d'Enseignement, précédemment Unité de Formations qui a succédé au système A1-A2-B1-B2-C1-C2 et le temps d'étude imparti à tel ou tel matière qui doit être, je suppose, assez homogène pour ce qui est du secondaire en europe).
Le besoin d'apprendre une langue joue beaucoup aussi, la seule fois où j'ai appris une langue pour une raison objective (l'espagnol parce que c'est une des langues les plus parlée), je n'ai suivi le cours que quelques semaines, j'avais très facile, mais ça ne rimait à rien pour moi et donc, j'ai vite abandonner.

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Et comme je suis trop européeno-centré, j'ai oublié le swahili comme langue véhiculaire… alors qu'il est utilisé dans des pays sous influence Belge voire même Belge (le swahili est parlé dans au moins une partie du Congo) du temps de la colonisation et donc, je connais des personnes parlant (au moins un peu) le swahili.
À titre personnel, ce qui me dérange dans l'espéranto, c'est que c'est une langue crée dans un but idéologique, les langues créé pour les fictions, j'adore ça, mais comme langue véhiculaire, je préfère une langue qui s'est créée au fil des siècle et non par un individu qui avait sa propre idéologie. Pour autant, l'anglais me pose problème, mais politiquement, parce que c'est un outil de la volonté d'hégémonie anglo-américaine.
Les sourds sont très rarement muet (soit dit en passant).
Quel est le rapport avec les langues des signes? Les langues des signes se créent tout aussi naturellement que les langues orales. L'interdiction d'enseignement des langues des signes de 1880 (principalement respectée en Europe) qui a durée environ un siècle et à fait qu'en suite, la langue des signes culturellement proche de l'Europe a été la langue des signes des États Unis d'Américaine, d'où le fait que, par le biais de l'université Gallaudet, les langues des signes européenne actuelle ont assez bien de point commun avec cette langue des signes, puisque quelque part, elle permit d'unifier des sociolects cachés et donc très peu diffusé. De là à dire que la langue des signes des États Unis d'Amérique est une langue véhiculaire, non, il y a des points commun, rien de plus.
Pour ce qui est d'être “offensant”, j'ai certainement tendance à être trop affirmatif et, comme je l'ai dit dans un autre commentaire, je suis incapable de vulgarisation aussi. Bref, désolé, mais je suis comme je suis, ça a toujours eu du mal à passer avec les gens par écrit, on croit toujours que je me prends pour je ne sais quoi.
Ce qui favorise l'exclusion, c'est d'imposer sa langue, c'est ce qu'on fait les colons en Amérique et maintenant, ils veulent imposer l'anglais (d'ailleurs, ça se trouve au début de votre réponse à nmrk.n), personnellement, je préfère apprendre les langues des autres et m'exprimer dans la langue la plus adéquate en fonction des connaissances de chacun. Bien sûr, l'espéranto n'a jamais voulu s'imposer et encore heureux, mais de ce fait, il ne restera jamais qu'une langue idéologique pour personne adhérant à cette idéologie.
Et puis il y a déjà des langues vernaculaire en Europe (latin, slavon, anglais, précédemment le français), la simplicité d'apprentissage, c'est un bon argument à première vue, mais c'est ce qui fait qu'il y a des dialectes de l’espéranto, parfois, pour exprimer ce qu'on veut exprimer, cette langue est trop simple, alors, chacun s'inspire de sa propre langue pour améliorer l'espéranto qui se voit divisé en dialectes dépendant de la langue d'origine, bref, étant donné le but, la simplicité est un point faible.
Pour ce qui est de favoriser l'espéranto dans les établissements scolaires, je ne suis d'accord que si les élèves ont le choix.
Alors, bien sûr que l'espéranto permet d'apprendre plus rapidement les langues (celles dont il s'inspire particulièrement et d'autres qui ont des points commun avec ces langues), plus on apprend de langue, plus on a facile d'apprendre de langues. Mais il y a un problème, plus on veut apprendre de langue, plus un moment, on est limité dans sa capacité d'apprentissage, on peut apprendre énormément de langue (et oublier très vite une bonne partie de ce qu'on a appris parce que trop, c'est trop et surtout se limité à un vocabulaire qui, en gros, ne permet que de commander à manger dans un restaurant), mais pour pouvoir bien s'exprimer dans plusieurs langues, il faut se limiter, en plus de la langue maternelle, je dirais, d'expérience, à entre 4 et, grand maximum 6 (quoi que la proximité des langues peut jouer aussi, c'est peut-être moins pour des langues très différentes et peut-être plus pour des langues très proches, mais là, le problème, c'est qu'on s’emmêle les pinceaux) et dans ce cadre, l'espéranto prend la place d'une autre langue qui a une histoire culturelle bien plus longue et donc une richesse bien plus grande. Très franchement, et rétrospectivement, si j'avais su ça, je n'aurais jamais appris l'anglais. Ceci étant dit, apprendre l'espéranto un an ou deux pour être familiarisé à un certain vocabulaire de base et à certains concepts grammaticaux inexistant dans sa langue maternel, ça peut être une tactique (assez cynique) d'apprentissage d'autres langues européennes.

Avron
Hors ligne
A rejoint: 08/18/2020

> l'espéranto n'a jamais voulu s'imposer et [...] de ce fait, il ne restera jamais qu'une langue idéologique pour personne adhérant à cette idéologie.
Dire que ce qui n'est pas imposé ne marchera pas me paraît assez opposé à la philosophie du logiciel libre.

L'idéologie, ici, c'est la communication universelle et l'amitié entre les peuples. Apprendre d'autres langues, c'est difficile, donc une langue qui serait comprise par tous serait un atout pour cela. L'idée de l'espéranto, c'est d'être une langue qui ne soit celle de personne, pour pouvoir convaincre et non imposer.

>la simplicité d'apprentissage, c'est un bon argument à première vue, mais c'est ce qui fait qu'il y a des dialectes de l’espéranto, parfois, pour exprimer ce qu'on veut exprimer, cette langue est trop simple, alors, chacun s'inspire de sa propre langue pour améliorer l'espéranto qui se voit divisé en dialectes dépendant de la langue d'origine
Des références?

>l'espéranto prend la place d'une autre langue qui a une histoire culturelle bien plus longue et donc une richesse bien plus grande
Cela a été étudié, en comparaison avec l'apprentissage d'autres langues véhiculaires?

Lèyon di li N.
Hors ligne
A rejoint: 02/11/2017

Je voulais dire que le seul moyen pour l'espéranto de percer, ce serait de l'imposer et heureusement il n'en a jamais été question.
Le rapprochement avec les logiciels libre me semble un peu capilo-tracté. À part qu'il s'agit aussi d'une idéologie (à laquelle j'adhère), il y a peu de points communs en de hors de traits assez généraux.
Ma référence, il se trouve que je la boycotte depuis que je considère que le linguiste en question a complètement dérapé pour raison politique (j'ajoute que ce qu'il en dit peut différer en partie de ce que j'en dit qui est une réflexion personnelle).
Je donnais mon avis au sujet de l'espéranto versus une langue qui a une culture. Est-ce que ça a été étudié spécifiquement? Aucune idée, ce qui a été étudié, c'est qu'apprendre une langue facilite l'apprentissage d'une autre langue.

Rubujeto
Hors ligne
A rejoint: 04/18/2022

Afin de se recentrer sur le problème initial et pour compléter le premier commentaire que tu as écrit plus haut, Lèyong, voici le fonctionnement pour rendre une application multilingue avec la librairie "GNU gettext" :

1) Le développeur (ou la développeuse) d'une application utilise une fonction, appelée "gettext()", pour marquer tous les messages qu'il souhaite traduire dans le code source.

2) Une fois que l'application a fini d'être développée, le développeur lance la commande "xgettext" pour extraire tous les messages qui ont été marqués dans son code source. Ces messages vont être rassemblés dans un fichier ayant l'extension ".pot" qui signifie "portable object template". Ce fichier est appelé le "modèle". La plupart du temps, les messages du modèle sont en anglais, parce que l'application a été écrite en anglais.

3) Afin de créer une traduction, par exemple en français, on utilisera la commande "msginit" qui va générer (à partir du fichier ".pot") un fichier ayant une extension ".po" qui signifie "portable object". Ce dernier contiendra, en dessous de chaque message anglais (issu du fichier ".pot"), le message traduit dans la langue concernée (en français dans notre cas). Il y a autant de fichiers ".po" que de langues dans lesquelles le programme a été traduit.

4) Lorsque la traduction est finie, le développeur d'application exécute la commande "msgfmt" sur un fichier ".po". La commande va créer un fichier ayant l'extension ".mo", qui signifie "message object". Il y aura autant de fichiers ".mo" que de fichiers ".po". Ce sont le fichiers ".mo" qui seront utilisés au démarrage du logiciel, en fonction de la langue du système d'exploitation de l'utilisateur (c'est indiqué par la valeur de la variable "LC_ALL" ou "LANG"). Les fichiers ".mo", pour les applications qui ont une traduction française, se situent dans le répertoire suivant : "/usr/share/locale/fr/LC_MESSAGES/". Dans ce répertoire, par exemple, le fichier "trisquel-app-install.mo" correspond à la traduction française du logiciel "trisquel-app-install".