copyright et créations artistiques/littéraires

2 replies [Last post]
hack and hack
Offline
Joined: 04/02/2015

Salut tout le monde,

je viens de lire ceci :
https://www.gnu.org/philosophy/not-ipr.html

je comprends dans les grandes lignes la raison du copyleft pour tout ce qui touche à l'informatique (empêcher de ne pas pouvoir analyser le code source en cas de non respect de la vie privée notamment).
Idem pour la notion générique et imprécise de "propriété intellectuelle".
Il me semble que c'est précisément le copyright qui s'applique aux oeuvres graphiques/littéraires/musicales.

Je comprends la logique du partage de créations (musique, pdf... ) comme l'idée de l'emprunter à un pote, puisque ce sont des oeuvres que l'on peut copier. Ceci dans l'idée de rémunérer l'artiste/auteur après s'être réellement fait une idée... ou pas.
J'ai déjà lu l'argument de bouffer un baguette, puis décider de ne plus avoir envie de l'acheter. Cet argument ne s'applique qu'aux biens, euh, consommables (désolé pour mon vocabulaire peu technique).
Au passage, je crois me souvenir d'un musicien qui cédait sa musique sans restrictions, et gratuitement. Je présume qu'il gagnait sa vie grâce aux concerts.

Mais, dans une logique économique (la plupart veut vivre de son art, au moins en partie), quelle est le raisonnement de la FSF (ou toute autre entité liée à la législation du libre) ?

Magic Banana

I am a member!

Online
Joined: 07/24/2010

la raison du copyleft pour tout ce qui touche à l'informatique (empêcher de ne pas pouvoir analyser le code source en cas de non respect de la vie privée notamment)

N'importe quel logiciel libre autorise, entre autre, l'étude de son code source : https://gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

Le copyleft est une "technique" supplémentaire qui oblige les travaux dérivés à être distribués selon les termes de la même licence : https://www.gnu.org/philosophy/pragmatic.fr.html

Cet argument ne s'applique qu'aux biens, euh, consommables (désolé pour mon vocabulaire peu technique).

Le terme est "matériel". L'opposé : "immatériel".

Mais, dans une logique économique (la plupart veut vivre de son art, au moins en partie), quelle est le raisonnement de la FSF (ou toute autre entité liée à la législation du libre) ?

La FSF ne s'occupe que de logiciel (et c'est mieux ainsi : plus le champ de lutte est circonscrit, plus le nombre de supports est grand). Néanmoins, rms a des idées publiques sur le sujet (qui n'engagent pas la FSF). Vois par sa conférence "Copyright vs. Community" : https://audio-video.gnu.org/video/

Il a aussi défendu, auprès du chercheur français Francis Muguet (malheureusement décédé), le Mécénat Global qui a ma préférence : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9c%C3%A9nat_global

Tu veux peut-être lire "Internet & Création" d'un autre chercheur français, Philippe Aigrain, cofondateur de la Quadrature du Net : http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/28613/internet-et-creation

D'une façon générale, je pense que la plupart des libristes sont, a minima, d'accord sur un point : la liberté de partage non-marchand s'applique à tout et pas seulement au logiciel.

hack and hack
Offline
Joined: 04/02/2015

Un grand merci pour ton aide, Magic Banana !
Très intéressant.